Universally interconnected/interdependent conditions of existence - humanaesfera

This article seeks to demonstrate that defending "identities", "nations", "ethnic zones", "communities", "countries", "autarchies", "autonomous territories" or "self-managed areas” is the same as claim the establishment of new private properties and, consequently, new capitals and new states. The article also addresses the issue of the irruption of the world human community which suppresses private property worldwide.

The Observatory of Economic Complexity” website allows us to get a sense of how our conditions of existence - that is, the material conditions of our lives, from medicines, food, to smartphones - are interconnected and interdependent on a global scale. The website makes it evident that the idea of domestic, communitarian, municipal or national self-sufficiency is a total fantasy, because the conditions of our existence, even at the current level (which is much better than it was in the past, despite poverty is still for the majority), presuppose everywhere the combination of materials and products from numerous cities, countries, continents…

This simple evidence makes it clear that defending “identities”, “nations”, “ethnic zones”, “communities”, “countries”, “autarkies”, “autonomous territories” or “self-managed areas” is the same as claiming the establishment of new private properties and, consequently, new capitals and new states. Here’s why:

1) in order to survive, each of these “autarchies” will have to acquire the materials and products which it is deprived of;

2) because it is deprived of these materials and products (indeed, it is a private property), it will need to buy them;

3) but in order to buy them, it is necessary to sell – to sell something (exchange, no matter if it is through barter, money etc.);

4) selling stuff requires finding buyers, that is to say, competing in the market for “success”, which is nothing else than knocking out competitors in order to achieve maximum monopoly;

5) in order to compete in the market it is necessary to impose, within private property, a duration and intensity of work at least as brutal as the competitors (generally competitors with a much greater degree of automation of production), so that their products have a competitive price and/or quality;

6) the imposition of such a duration and intensity of work requires a hierarchy, to apply punishments and rewards to the workers so that these “goals” are reached by them. That is to say, they will be obliged to recreate in practice something that has the exact function of a capitalist, due to the need to survive and not to fail (even if this function of capitalist is a “freely chosen” commission in assemblies and self-management);

7) and if the “autarchic” private property has finally “succeeded” – by monopolizing the market – the duration and intensity of work may even be relaxed within this property, because competition pressure is over. However, this merely means that it is a parasite sustained by the work of the other proletarians of the world, who are forced to work for it (directly or indirectly), which is the only way to buy these products monopolized by it.

Conclusion: all this shows that an internationalist (anti-nationalist and anti-communitarianist) perspective is indispensable. Asserting our freedom and autonomy is fighting for expand the human capacities of thinking, desiring and acting – never fighting for reduce or limit them.

The products, luxuries, technologies and facilities which the bourgeoisie usually attributes to “capitalism”, “market”, “state”, “property”, and “their hard labor” are actually fruits of human capacities, of our capacities, of humanity. By abolishing private property of our universally (on a planetary scale) interconnected and interdependent conditions of existence, by overcoming the exchange and the economy, we will transform this interconnection into practical conditions (means of production) universally and freely accessible to anyone in the world who wants to satisfy by himself (or along with whoever else he wants) his inclinations, desires, projects, needs, thoughts, passions. Genuine freedom and autonomy presuppose communism, that is to say, the end of private property and the establishment of genuine property, which is the common human property, by freely associated individuals, of the universally accessible material conditions of their free self-realization, satisfaction, enjoyment and expression, the world human community.

For this purpose, it is useful to study these global interdependencies and interconnections: how are things produced, stored and transported around the world today? and the informational flow that coordinates all this? For example, the supply chains. It is also useful to know and to update the works that were deep in this perspective: for example, the utopias of Joseph Déjacque (The Humanisphere), Alexander Bogdanov (Red Star), Constant Nieuwenhuys (New Babylon), the works of Jean Barrot (Gilles Dauvé), Piotr Kropotkin, of the Situationist International, the studies of the autonomists (workers’ autonomy), etc.

humanaesfera, July 2015

(Translated to English by humanaesfera from the original article in Portuguese: Condições de existência universalmente interconectadas/interdependentes. Proofreading: Třídní Válka)

Bibliography:
- Eclipse and Re-emergence of the Communist Movement (1972) - Jean Barrot e François Martin
- Human Activity Against Labour (1982) - GCI-ICG
- Now and After: The ABC of Communist Anarchism (1929) - Alexander Berkman
- Le Humanisphère (1857) - Joseph Déjacque
- New Babylon (1959-74) - Constant Nieuwenhuys
- A world without money: communism (1975-76) - Les Amis de 4 Millions de Jeunes Travailleurs
- Questionnaire (1964) - Situationist International
- The reproduction of daily life (1969) - Fredy Perlman
- Lip and the self-managed counter-revolution (1973) - Négation
- The Network of Struggles in Italy (1970s) - Romano Alquati
-Kropotkin: Textos Escolhidos - org.: Mauricio Tragtenberg
-Grundrisse, German Ideology (Feuerbach) and Comments on James Mill, Karl Marx

Conditions d’existence universellement interconnectées/interdépendantes – humanaesfera

Traduction française

Le site web The Observatory of Economic Complexity nous permet de comprendre comment nos conditions d’existence, c’est-à-dire nos conditions de vie matérielles, depuis les médicaments et la nourriture jusqu’aux smartphones, sont interconnectées et interdépendantes à l’échelle mondiale. Le site web fait ressortir que l’idée d’autosuffisance domestique, communautaire, municipale ou nationale est un fantasme total, parce que les conditions de notre existence, même au niveau actuel (qui est bien meilleur que par le passé, malgré le fait que la pauvreté touche encore la majorité de la population), présuppose partout la combinaison de matériaux et de produits provenant de nombreuses villes, pays, continents…

Cette observation simple indique clairement que la défense des « identités », des « nations », des « ethnies », des « communautés », des « pays », des « collectivités locales » (« autarchies »), des « territoires autonomes » ou des « zones autogérées », c’est la même chose que l’établissement de nouvelles propriétés privées et, par conséquent, de nouveaux capitaux et de nouveaux États. Voici pourquoi :

1) pour survivre, chacune de ces « autarchies » devra acquérir les matériaux et les produits dont elle est dépourvue ;

2) parce qu’elle est dépourvue de ces matériaux et produits (en effet, il s’agit de propriétés privées), elle devra les acheter ;

3) mais pour les acheter, il est nécessaire de vendre – de vendre quelque chose (échange, peu importe si c’est au moyen du troc ou de l’argent etc.) ;

4) vendre des produits nécessite de trouver des acheteurs, c’est-à-dire d’être compétitif sur le marché et d’atteindre le « succès », ce qui ne signifie rien d’autre que d’éliminer les concurrents afin d’acquérir le monopole maximum ;

5) pour être compétitif sur le marché, il est nécessaire d’imposer, au sein de la propriété privée, une durée et une intensité de travail au moins aussi brutales que celles des concurrents (généralement ces concurrents disposent d’un degré d’automatisation de la production beaucoup plus élevé), afin que ses produits soient compétitifs au niveau prix et/ou qualité ;

6) l’imposition d’une telle durée et intensité du travail exige une hiérarchie, qui inflige des punitions aux travailleurs mais aussi qui les récompense, afin que ces « objectifs » soient atteints par eux. C’est-à-dire qu’ils seront obligés de recréer en pratique quelque chose qui a la fonction exacte d’un capitaliste, en raison de la nécessité de survivre et non d’échouer (même si cette fonction de capitaliste est incarnée par une commission « librement choisie » dans des assemblées autogérées) ;

7) et si la propriété privée « autarcique » est finalement un « succès » – en monopolisant le marché – la durée et l’intensité du travail peuvent même être assouplies au sein de cette propriété, car la concurrence a baissé sa pression. Cependant, cela signifie simplement qu’elle est un parasite soutenu par le travail des autres prolétaires du monde, qui sont forcés de travailler pour elle (directement ou indirectement), ce qui constitue le seul moyen d’acheter ces produits qu’elle monopolise.

Conclusion : tout cela nous montre qu’une perspective internationaliste (antinationaliste et anti-communautariste) est indispensable. Affirmer notre liberté et notre autonomie, c’est lutter pour développer les capacités humaines de penser, de désirer et d’agir – et jamais lutter pour les réduire ou les limiter.

Les produits, le luxe, les technologies et les facilités que la bourgeoisie attribue habituellement au « capitalisme », au « marché », à « l’État », à la « propriété » et à au « dur labeur » sont en fait des fruits des capacités humaines, de nos capacités, de l’humanité. En abolissant la propriété privée de nos conditions d’existence universellement (planétairement) interconnectées et interdépendantes, en dépassant et en éliminant l’échange et l’économie, nous transformerons cette interconnexion en conditions pratiques (moyens de production) universellement et librement accessibles à quiconque dans le monde qui veut satisfaire par lui-même (ou avec qui il veut d’autre) ses inclinations, ses désirs, ses projets, ses besoins, ses pensées, ses passions. La véritable liberté et autonomie présupposent le communisme, c’est-à-dire la fin de la propriété privée et l’établissement de la véritable propriété, la propriété humaine commune, par les individus librement associés, l’établissement des conditions matérielles universellement accessibles de leur libre autoréalisation, satisfaction, jouissance et expression, la communauté humaine mondiale.

A cet effet, il est utile d’étudier ces interdépendances et interconnexions mondiales : comment les objets sont-ils produits, stockés et transportés dans le monde aujourd’hui ? Et quels sont les flux informationnels qui coordonnent tout cela ? Par exemple, les chaînes d’approvisionnement. Il est également utile de connaître et de mettre à jour les œuvres qui furent profondes dans cette perspective : par exemple, les utopies de Joseph Déjacque (L’Humanisphère), Alexander Bogdanov (L’Étoile Rouge), Constant Nieuwenhuys (La Nouvelle Babylone), les œuvres de Jean Barrot (Gilles Dauvé), Piotr Kropotkine, de l’Internationale Situationniste, les études des autonomistes (autonomie ouvrière), etc.

humanaesfera, juillet 2015